Système d'Information Géographique appliqué à l'éclairage public

Optimisation de l'éclairage public dans les communes

Définition, objectif et valeur ajoutée

Un système d'information géographique (SIG) permet de créer, organiser et analyser des données géo référencées, ainsi que de produire des plans et des cartes présentant l’emplacement de l’ensemble des composantes du réseau d’éclairage et ses caractéristiques. La mise en place d'un SIG n'est pas une fin en soi. Il constitue un outil de gestion et de planification qui aide la collectivité à améliorer :

  • la connaissance de son patrimoine d’éclairage public et de son état ;
  • la gestion des interventions de maintenance préventives et curatives ;
  • la programmation des travaux et investissements ;
  • Le suivi de l'impact de ces travaux et investissements sur la qualité de ses infrastructures et son niveau de service.

Méthodes de travail

Les étapes successives de mise en œuvre d'un projet SIG sont les suivantes :

a. Etude : l'étude du projet SIG est fondamentale pour sa réussite. Elle doit être menée indépendamment de l'exécution car elle va permettre de dimensionner la solution à mettre en œuvre. Une entreprise ne peut en aucun cas se prononcer sur la faisabilité et le coût d'une solution si elle n'est pas clairement définie. L'étude comprend :

  • La définition et la hiérarchisation des objectifs qui sert de base à
  • L'identification des fonctionnalités nécessaires (périmètre fonctionnel) et à
  • La modélisation de la base de données (Modèle de données)

b. Développements: cette étape comprend :

  • Le développement de la base de données "Eclairage public" selon le modèle de données validé.
  • Le paramétrage de l'application et de la base de données.
  • Le développement de fonctionnalités métier.

c. Installation logicielle et base de données à la commune. Cette étape doit obligatoirement intégrer la division informatique de la commune. Elle sera d'ailleurs impliquée dès le stade de l'étude pour faire partie intégrante du projet.

d. Formation logicielle et terrain. Il s'agit de maîtriser l'outil logiciel, ainsi que les outils et méthode de collecte, contrôle, intégration et mise à jour des données de terrain dans le SIG.

e. Collecte et intégration des données. Cette étape nécessite des outils et une méthodologie précise. Elle peut faire l'objet d'une assistance technique voire être sous traitée.

f. Mise en place de règles et procédures pour la gestion et la mise à jour des données. Il s'agit ici d'intégrer le SIG dans les procédures et le système d'information de la commune pour en faire un outil de gestion quotidien dont la conséquence principale sera le maintien à jour de la base de données.

Mise en œuvre

Les moyens humains et matériels suffisants lui seront attribués pour mener à bien cette tâche : équipe d'agents de terrain et de saisie, locaux adaptés, matériel informatique, etc.
En tant que première composante du SIG, la formation des utilisateurs est un point déterminant dans la réussite du projet. Au-delà de la simple manipulation logicielle, tous les utilisateurs doivent disposer d'une vision globale du SIG pour en saisir les objectifs et la démarche générale dans laquelle s'insère leur travail à chaque étape de la procédure de traitement de l'information. Pour les responsables :

  • Préparation d’une structure de base de données adaptée,
  • Acquisition sur le terrain ou intégration de données existantes,
  • Interrogation des données par des requêtes,
  • Mise en valeur des données par des analyses thématiques,
  • Composition de plans et de cartes.

Les techniciens de terrain doivent également être capables de lire les plans et les cartes produits par le SIG afin d’assurer leur rôle de mise à jour des données par la remontée d’information depuis le terrain. Ils doivent également être capables d’utiliser un GPS et un luxmètre.
Au niveau matériel, il est important que le local de la cellule SIG soit assez spacieux pour accueillir une grande table de travail pour la manipulation des plans imprimés pour la collecte ou l'édition de données. L'infrastructure matérielle est classique et composée de postes de travail, d'un serveur et d'une imprimante voir d'un traceur.
Un véhicule pour se rendre sur le terrain est indispensable. Un luxmètre et un GPS permettront d’effectuer des mesures de contrôle ponctuelles.

Exemples pratiques

Peu de communes au Maroc ont recours à l’utilisation du SIG pour la gestion de l’éclairage public. Dans des cas où la gestion de ce service public est déléguée à des sociétés, on retrouve par contre l’utilisation du SIG pour cartographier le réseau tel qu’est le cas à Casablanca, Salé, Tiznit, et Marrakech. Les instances centrales incitent de plus en plus les communes à adopter cet outil pour la gestion non seulement du service de l’éclairage public mais d’autres services publics aussi.

Documents de référence en français

Téléchargements

Documents de référence en anglais, arabe et allemand

Contact
Youssef.Afkir@giz.de