Les collectivités locales au Maroc à la veille de la régionalisation avancée

Le Maroc a initié, depuis son indépendance, un processus « progressif » de décentralisation qui a fait des instances locales et communes, des acteurs majeurs dans les stratégies de développement local. Nombreux sont les dispositifs juridiques et institutionnels qui ont été mis en place, à cet effet, pour promouvoir leur rôle d’un simple organe de gestion administrative à un véritable acteur de développement local (dont notamment l’élaboration de deux chartes communales de 1976 et 2002 révisée en 2009).Toutefois, en dépit de ces efforts déployés, ces collectivités restent encore confrontées à un ensemble de contraintes qui limitent leur rôle comme acteur de développement : l’insuffisance des moyens techniques et financiers, le manque d’une expertise pour conduire des projets, l’absence d’une véritable gouvernance locale, etc.

Or, il semble qu’avec les changements politiques qu’a connus récemment le Maroc (traduits notamment par un important projet de régionalisation avancée), un nouvel horizon plus prometteur se profile pour ces instances. Face à ce contexte favorable, les communes sont appelées à revoir leurs modes d’intervention et à faire preuve d’une grande efficacité dans la gestion de l’affaire locale. Elles doivent renforcer leurs capacités d’intervention dans le cadre de relation de partenariat avec d’autres entités étatiques et communales.

C’est dans ce cadre que le programme CoMun/GIZ qui, a mis de la question de soutien de l’action communale son cheval de bataille, trouve toute son utilité. A travers le soutien qu’il peut mobiliser, ce programme offre à ces instances des possibilités de partage intercommunal visant une meilleure gestion et gouvernance de la ville.

Le Programme CoMun, pour le compte du Ministère Fédéral Allemand de la Coopération Économique et du Développement (BMZ), se donne comme objectif de renforcer les capacités des communes en tant qu’acteurs du développement durable. Son intervention est centrée sur 2 axes complémentaires : (i) l’animation de 5 réseaux de villes dans les domaines de la gestion des déchets urbains, la réhabilitation des médinas, la mobilité urbaine, la maîtrise de l’énergie et la gouvernance participative ; (ii) l’appui technique aux villes membres dans la mise en œuvre de projets urbains s’inspirant des pratiques innovantes traitées au sein des 5 réseaux.

Téléchargements

CoMun dans la presse:
«Villes durables des enjeux et des solutions», publié sur news.massolia.com