Cycle de formation 2017

Une immersion dans trois métropoles méditerranéennes et européennes

En 2017, le programme CoMun a organisé pour la première fois un cycle de séminaires de haut niveau en partenariat avec l'AViTeM et l'Agence Française de Développement. Cette coopération a permis un échange fécond de méthode et de projets entre différents acteurs méditerranéens et européens. En « immersion » dans des différents contextes urbains et territoriaux stratégiques, une promotion de 25 auditeurs a visité les régions métropolitaines d’Aix-Marseille Provence, de Grand Tunis et de Hambourg. Les participants ont travaillé sur les grands défis des territoires métropolitains en abordant des thématiques transversales :

  • la gouvernance, la gestion et l’institutionnalisation à l’échelle métropolitaine
  • l’adaptation des espaces urbains aux risques du changement climatique et aux mutations économiques et sociales
  • la planification des projets territoriaux intégrés à l’échelle métropolitaine
  • la participation citoyenne et la transparence publique de projets
  • les pratiques et le financement de l’aménagement et du développement

La métropole Aix-Marseille Provence

La métropole Aix-Marseille Provence, la 2ème métropole française, existe en tant que EPCI (établissement public de coopération intercommunale) depuis le 1er janvier 2016. Elle est le résultat d’une mission interministérielle et des nombreuses initiatives économiques, culturelles et scientifiques, qui ont été lancés préalablement à l’échelle métropolitaine. Le territoire de la métropole se compose de six intercommunalités. Le Conseil de la métropole dispose des compétences stratégiques de ce territoire et délègue les compétences de proximité au Conseil de territoire.

Le cas d’étude d’Aix-Marseille-Provence a permis un débat fécond et un échange des stratégies et pratiques originales et efficientes. Des questions essentielles ont porté la réflexion des participants : Quelle gouvernance de la grande échelle ? Quel équilibre entre la détermination et la concertation ? Quelles fabriques des métropoles ?

Politiques, opérateurs publics et privés, chercheurs, concepteurs urbanistes et architectes ont été invités pour révéler la substantifique moelle de « leur territoire ».

Le Grand Tunis

La métropole du Grand Tunis couvre 2 % de la Tunisie et accueille presque un quart de la population tunisienne (2.643 mille d’habitants). Ses frontières demeurent floues et son territoire dépasse les limites de quatre gouvernorats et consiste de 38 communes. La première structure qui a permis de penser la cohérence de ce territoire remonte à la création du District de Tunis en 1974, qui a disposé de compétences en matière de développement intégré du territoire. Dans les années 1990, le District a été dissous et remplacé par l’Agence Urbaine du Grand Tunis (AUGT), une structure qui ne dispose ni des prérogatives politiques, ni des compétences nécessaires pour mettre en œuvre des projets métropolitaines. Par conséquent, l'AUGT a du mal à assurer le rôle de coordinateur technique et à superviser et contrôler les défis du développement urbaine.

Presque 7 ans après la révolution, Tunis se situe dans une démarche de renouveau institutionnel et politique et la question des districts est à nouveau posée. Quelle place pour l’intermédiaire entre l’État et les communes pour gérer cette grande échelle ? Et quel rôle doit jouer la société civile dans un tel processus de restructuration ?

Le séminaire a permis aux participants non seulement de discuter les grandes questions de la gouvernance à l'échelle métropolitaine mais aussi d’aborder le sujet da la fabrication de la ville. En étudiant des projets structurants (l’opération des lacs de Tunis, l’association de sauvegarde de la Medina de Tunis), des projets systèmes (l’Agence de Réhabilitation et de Rénovation Urbaine, le Réseau Ferroviaire Rapide) et des projets alternatifs, les participants ont mené une réflexion sur les projets qui font la métropole.


Article dans la revue "Archibat" (42, 11-2017)