Urbanisation, l’autonomie administrative locale, et démocratie locale au Maghreb – un dialogue régional et le transfert de connaissances entre communes du Maghreb et d’Allemagne

Les Etats du Maghreb Central - l’Algérie, le Maroc et la Tunisie -, affichent l’un des plus importants taux d’urbanisation au monde. Les Nations unies estiment que d’ici 2050, le nombre d’habitants des villes des rives sud et est du bassin méditerranéen augmentera d’environ 100 millions. Depuis les évènements du «Printemps arabe», les habitants exigent des services communaux encore plus performants, ainsi qu’une action communale plus proche des citoyens, transparente, ouvrant des possibilités de participation – un challenge que les Etats d’Afrique du nord s’engagent à gagner.

Bild

C’est pourquoi la mise en place progressive d’une libre administration locale, ainsi que le renforcement des capacités des collectivités locales pour contribuer au développement et à la prospérité, font partie des priorités des gouvernements de ces trois pays. Il s’agit de mettre en place des capacités techniques, institutionnelles et financières pour mener à bien les réformes de décentralisation de l’administration locale déjà adoptées. Car la décentralisation doit être synchronisée avec la croissance des capacités locales.

Les villes maghrébines, notamment celles de petite et moyenne taille pourront tirer profit de l’expérience des collectivités locales allemandes pour réussir la transition vers une plus grande autonomie de l’administration locale, puisque celle-ci a une longue tradition en Allemagne. Le transfert de connaissances dans le cadre de la coopération décentralisée peut contribuer à améliorer la qualité de vie sur place. Les villes qui travaillent de manière plus efficace et plus transparente, et surtout à l’écoute des citoyens, sont aussi plus attractives pour la population en général, et notamment pour la génération jeune qui attend avec impatience sa chance de contribuer à la création de l’avenir de son pays.

Grâce à la mise en œuvre de projets de coopération décentralisée, les communes allemandes qui accueillent un nombre croissant de ressortissants des pays d’Afrique du Nord pourront, quant à elles, mieux comprendre les ressortissants des pays d’origine et les intégrer dans leurs actions. La coopération décentralisée permettra aux deux côtés de développer des relations professionnelles durables entre les communes.

Bild

Ensemble avec d'autres programmes de développement urbain que la GIZ met en œuvre, le programme CoMun échange et capitalise ses expériences et son savoir dans un groupe de travail permanent intitulé GoMENA . Un résultat commun de ce travail est la boîte à outils « Développement municipal » , une plateforme d’échange et de gestion du savoir interactif permet d’avoir un accès rapide et facile à des bonnes pratiques et des débats techniques d’experts spécialisés autour de la prestation de services, la participation et la transparence.